Rechercher
  • Chloé

[Vidéo] Des solutions solidaires pour le logement

Le 2 et 3 février dernier avait lieu la 3e édition du rendez-vous annuel « Solutions Solidaires » organisé par le département de la Gironde auquel l'ACLEF a participé.


Depuis 2019, le département de la Gironde a mis en place le projet Solution Solidaires autour de trois grands axes :

- La création d’une plateforme d’échange qui recense les initiatives porteuses de solidarités nouvelles ;

- La mise en place d’un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces expérimentations ;

- Une fabrique des solidarités nouvelles, ouverte et citoyenne disponible en ligne, offrant la possibilité à chacun de partager ses idées au service d’un territoire plus juste.


Cette édition particulière de Solutions Solidaires, face à la crise sanitaire de 2020, s’est naturellement construite autour du thème : Face aux urgences, et aux mutations, inventer les solidarités nouvelles.


C’est dans ce cadre que l’équipe de l’ACLEF a été sollicitée pour participer à l’Atelier du 2 février dernier animé par Julie Chabaud, portant sur la thématique du logement solidaire auprès d’Emmanuelle Cosse, Présidente de l’Union Sociale pour l’Habitat, Martine Jardiné, Vice-Présidente du Conseil Départemental de la Gironde, Marie-Christine Darmian, Directrice Habitat et Urbanisme au Conseil Départemental de la Gironde et Alexandre Brun, Porteur du projet Maison Tortues.

Au programme, de riches échanges et une envie commune de construire des projets de logements innovants qui répondent aux enjeux de demain.



Prise de notes illustrées par Julie Chabaud.

Voilà ce que nous en avons retenu :


A l’heure où le logement devient l’(unique) espace du quotidien, la misère de celles et ceux qui en sont exclu·es est d’autant plus violente. De plus, le logement fait office d’un cocon qui, lorsque celui-ci n’est pas adapté, peut parfois s’avérer être vécu comme une prison. L’importance pour chacun·e de disposer d’un logement adapté, adaptable, abordable et vivable est alors ré-apparue comme une évidence.


D’un point de vue purement technique, la crise sanitaire a repositionné le droit au logement au cœur des préoccupations. Comment répondre, en tant qu’acteur du logement, à une demande exponentielle, notamment dans les grandes villes face à un foncier en raréfaction ? Et surtout, comment proposer une offre adaptée aux réalités des publics fragilisés et à leurs besoins ?


Travailler sur la question de la vacance dans le parc existant est une des solutions, mais elle reste insuffisante à ce jour. Agir sur la construction neuve et penser, dès l’amont des projets, des logements adaptés aux besoins des usagers reste le principal levier identifié. Il implique alors une collaboration étroite entre l’ensemble des acteurs de l’habitat afin d’assurer un logement de qualité pour tous, un logement à un cout décent et abordable, un logement disposant d’espaces de vie communs, d’espaces extérieurs notamment mais aussi permettant de préserver une certaine intimité.


D’un point de vue social et sociétal le logement s’impose, d’autant plus aujourd’hui, comme l’un des piliers de notre capacité à construire du vivre ensemble. A l’échelle du quartier, mais aussi à l’échelle du logement lui-même. Penser le logement, c’est aussi penser des modes de vie, de cohabitation, de décohabitation... C’est penser le commun, le collectif, le partage, mais aussi l’espace nécessaire de l’intime.





Pour l’ACLEF, 2020 c’est aussi l’occasion de faire un double constat :


- Il est nécessaire de développer une offre adaptée aux besoins des étudiant·es, autant du point de vue de leur budget, que du point de vue de la particularité de leur parcours résidentiel à cette période de leur vie. Aujourd’hui, notre association apporte une réponse, notamment via notre dispositif CoopColoc. Toutefois, elle reste encore insuffisante face aux besoins que nous recensons chaque année. Ainsi, nous souhaitons pouvoir nous développer en synergie avec les autres acteurs du logement pour répondre au mieux à la crise quantitative du logement étudiant.


- La vie en colocation s’est avérée être une véritable ressource pour bon nombre des étudiant·es bénéficiaires du dispositif CoopColoc. Au-delà du partage des coûts imputés au logement elle aura permis, sur cette année universitaire particulière, aux étudiant·es de converser une vie sociale lorsque les établissements n’étaient plus ouverts et de continuer à développer des réseaux de solidarité interne à leur logement.


Pour retrouver tous les échange, voici le lien de la vidéo de l’atelier. Bon visionnage !
28 vues0 commentaire